plus
moins

Avant-propos

Mère Julia et notre Famille spirituelle ont souvent expérimenté que Dieu nous guide avec bonté et sagesse. Dans le livre des Psaumes, il est dit : « Le plan du Seigneur demeure pour toujours, les projets de son cœur subsistent d’âge en âge » (Ps 33,11). Vous trouverez ici quelques événements de l’histoire providentielle de notre fondatrice et de notre communauté.

Le Seigneur t'est proche dans la tâche qu'Il te confie en ce moment. Mère Julia

1910 – Enfance

Julia est née le 11 novembre 1910 à Geluwe (Diocèse de Bruges, Belgique) huitième d’une famille de onze enfants. 1914 – 1918, la première Guerre mondiale fait rage. 1917, la famille doit quitter Geluwe et n’y reviendra qu’en 1920. Dès l’âge de 14 ans, Julia travaille dans plusieurs familles en Belgique et en France.

J’ai été élevée et formée au milieu du chaos de la guerre. Dieu n’a pas besoin de tout ce dont le monde a besoin pour former une personne. Dieu sait ce qu’il donne et ce qu’il prend. Mère Julia

1925/1926 – Paul

En écoutant la Parole de Dieu à la Ste Messe, Julia est profondément touchée par la personne et les mots de Saint Paul.

« Un temps viendra où les hommes ne supporteront plus la saine doctrine. » (2 Tm 4,3). Je fus tellement saisie par l'avertissement et l'exhortation de saint Paul qu'il me sembla être entièrement plongée dans la réalité de ce message. Ce texte fut pour moi un appel de la Providence de Dieu, pour toute ma vie, jusqu'aujourd'hui encore. Ce fut la première semence du Charisme de « L’Œuvre ». Mère Julia

1929 – Don de soi

Le film « Le Roi des rois » sur la vie de Jésus laissa une forte impression dans l’âme de Julia. La même année, après une chute dans un escalier, commença pour elle une période de souffrances. Plus tard, se rappelant les souffrances de Jésus dépeintes dans le film, Julia écrivit :

Je me suis alors donnée entièrement à Dieu. Mère Julia

1934 – Sainte Alliance

Le jour de la Solennité du Sacré Cœur de Jésus, par une lumière toute spéciale, Julia reçut la grâce d’une rencontre intime avec Notre Seigneur portant la couronne d’épines. Elle répondit à l’appel du Christ en disant oui de tout son cœur.

Le Oui que je disais alors au Seigneur était comme une ‘Sainte Alliance’ avec le Cœur humain et divin de Jésus. Mère Julia

1938 – Fondation

L’Abbé Cyrill Hillewaere le directeur spirituel de Julia, discerna l’œuvre de Dieu en elle. Le 18 janvier, lui-même répondit à l’appel de se mettre à la disposition de « L’Œuvre ». Nous considérons ce jour comme le jour de fondation de « L’Œuvre ».

Depuis le 18 janvier 1938, le Seigneur m’a appelée et en a appelé d’autres avec moi, pour vivre cette unité dans une famille, pour faire nôtres sa vie et sa prière, pour travailler pour Lui et avec Lui à cette unité. Mère Julia

1941 – L’avenir entre les mains de Dieu

Le 16 juillet, le jour de la fête de Notre-Dame du Mont-Carmel, Julia quitta la maison paternelle, sous la protection de Notre Dame, afin de pouvoir mieux répondre à l’appel de Dieu en toute liberté intérieure.

Marie m’aida à accomplir la volonté de Dieu durant ces années de guerre. L’avenir était connu de Dieu seul. Mère Julia

1947 – Vie en communauté

A Saint-Nicolas (Flandre Orientale), et peu de temps après à Bruxelles, Mère Julia commença à mener une vie communautaire avec les premières sœurs. En 1950, la jeune communauté s’installa dans un couvent inoccupé à Villers-Notre-Dame (Diocèse de Tournai). Bientôt d’autres maisons furent fondées en Belgique.

Mère Julia était humble et vraie. Elle était proche de chacune de nous. Elle était chaleureuse, détendue. Avec elle, il y avait une vraie union, comme en famille, sans fausse familiarité. Une sœur à propos de Mère Julia

1959 – Première approbation canonique

La communauté reçut le premier statut canonique de « Pieuse Union » par Monseigneur Charles-Marie Himmer, évêque du diocèse de Tournai, en Wallonie (Belgique).

Jésus sait combien j’aspire ardemment à ce que « L’Œuvre » soit solidement implantée dans l’Eglise. Mère Julia

1964 – Expansion

C’est à Innsbruck (Autriche) que la première maison de « L’Œuvre » voit le jour en dehors de Belgique. La communauté essaime alors dans d’autres pays, parfois dans la joie et l’assurance que donne la foi, parfois aussi à travers bien des peines et des difficultés.

Puisque le Seigneur le veut ainsi, c’est bien. J’ai confiance, le Seigneur a souverainement pris en main les affaires de « L’Œuvre ». Mère Julia

1970 –Evolutions ultérieures

Mère Julia remit alors le gouvernement de la communauté à des membres plus jeunes. De nouvelles formes d’appartenance à la communauté se développèrent : des prêtres diocésains, des familles, des veuves et des célibataires commencèrent à rejoindre « L’Œuvre ».

« Les dons de la grâce sont variés, mais c’est toujours le même Esprit. Les fonctions dans l’Eglise sont variées, mais c’est toujours le même Seigneur. » 1 Cor 12,4-5

1986 – Communauté des prêtres

Monseigneur Bruno Wechner, évêque de Feldkirch (Autriche) érigea officiellement la communauté des prêtres de « L’Œuvre » dans son diocèse. Deux ans plus tard « L’Œuvre » commença à former ses futurs prêtres à Rome.

La complémentarité entre la communauté des prêtres et la communauté des sœurs est un élément essentiel de la mission de « L’Œuvre » en notre temps. Mère Julia

1997 – Le rappel à Dieu de Mère Julia

Le 29 août, Mère Julia acheva son pèlerinage terrestre de foi et elle retourna à la maison de son Père du Ciel. Sa dépouille mortelle repose désormais dans l’église du Couvent de Thalbach à Bregenz (Autriche).

Il a plu à Dieu de me choisir, selon sa Volonté, pour être un instrument de son « Œuvre ». Je n’ai rien fondé. Quand Jésus-Christ a fondé l’Église, tout a été fondé. Ce dont Il a besoin, ce sont seulement des personnes qui vivent à fond sa fondation. Mère Julia

1999 – Une nouvelle forme de vie consacrée

Le 11 juin 1999, « L’Œuvre » a reçu dans le diocèse de Rome l’approbation de l’Église en tant que nouvelle forme de vie consacrée. Dans l’exhortation apostolique « Vita consecrata » (1996), nous lisons :

L'éternelle jeunesse de l'Église continue à se manifester aujourd'hui encore : ces dernières années on a vu apparaître des formes de vie consacrée nouvelles ou renouvelées. Jean-Paul II

Livre Mère Julia

A ceux qui souhaitent en savoir plus sur Mère Julia et les débuts de la Famille spirituelle de « L’Œuvre », nous recommandons le livre
« Elle aimait l’Église . Mère Julia Verhaeghe et la naissance de la Famille spirituelle 'L’Œuvre’ » ,
Bregenz : Famille spirituelle « L’Œuvre », 2007. 
 

L’approbation pontificale de la Famille spirituelle « L’Œuvre » le 29 août 2001


Message de Sa Sainteté Jean-Paul II à notre communauté


Le 10 novembre 2001, après l’approbation pontificale de la Famille spirituelle « L’Œuvre », le Cardinal Ratzinger a célébré une Messe d’action de grâce en la basilique Saint-Pierre à Rome avec nous et pour nous. Ici l’homélie qu’il a tenue à cette occasion.

 

2001 – Approbation pontificale

« L’Œuvre » a reçu l’approbation pontificale en tant que « famille de vie consacrée ». Le Pape Jean-Paul II a adressé un message à « L’Œuvre ». Le Cardinal Joseph Ratzinger a célébré une messe d’action de grâce à la Basilique Saint-Pierre à Rome et a donné lui-même l’homélie.

J’ai Rome devant les yeux. Il faut que le Saint-Père accorde sa bénédiction à « L’Œuvre ». Je pense qu’il m’est permis de le demander à Jésus et d’y aspirer. Mère Julia (1939)